Accueil » Jean-Pierre Arrignon : un regard lucide sur la Russie moderne

Jean-Pierre Arrignon : un regard lucide sur la Russie moderne

par Larenaissancefrancaise

img_7623_arrignon.jpg
Le professeur Jean-Pierre Arrignon lors du colloque « Notre-Dame de Paris 15 avril 2019 : réflexions », organisé le le 3 octobre 2019 par la Renaissance Française.

L’ultime texte déposé sur son bloc Internet par Jean-Pierre Arrignon, décédé le 13 avril 2021, membre du conseil d’administration de La Renaissance Française et président de la délégation Nord – Pas-de-Calais de la dite institution, date du 20 décembre 2020. Il s’agit de la copie d’une interview donnée au quotidien d’information en ligne « Le Courrier de la Russie », publication francophone éditée depuis Moscou, siège de sa rédaction.
Dans ce journal affichant en page d’accueil sa ligne éditoriale d’une « Russie sans préjugés ni concessions », l’interview de Jean-Pierre Arrignon était justifiée par la parution de son ouvrage « Une Histoire de la Russie » (éditions Perrin).
Dans cette vaste fresque, le professeur des universités qu’il fut s’attache à ce que l’on comprenne la Russie avant de la juger – elle qui reste en effet mal connue et souvent critiquée.
En véritable pédagogue, l’historien de la Russie médiévale qu’il restera à jamais, à travers cet ouvrage avait tenu à laisser derrière lui ce « livre-outil » pour que les générations actuelles et futures apprennent à apprécier les inépuisables richesses de ce vaste pays s’étendant de l’Europe centrale aux rives de l’océan Pacifique, en Sibérie.

une_histoire_de_la_russie.jpg

Son interview donnée au « Courrier de la Russie » propose une vision ni pro, ni anti poutinienne, s’écartant des schémas de la pensée atlantiste. De la construction de la démocratie dans ce pays, Jean-Pierre Arrignon ne se berçait pas d’illusions et ne tombait pas dans les béatitudes et le propagandisme à tout crin au service du maître du Kremlin : « Laissons du temps au temps. La Russie est une démocratie en développement » disait-il en cultivant l’art de la diplomatie.
Sa vision des relations franco-russes pour les décennies à venir restera celle d’un scientifique à l’écart de toute idéologie : « Je pense que la Russie et la France ont un rôle majeur à jouer ensemble dans le monde », dit-il en grand connaisseur de l’histoire ancienne de la géopolitique

« Pour relancer les relations, il faut à la fois encourager la Russie à aller vers plus de démocratie tout en poussant l’Europe à plus d’indépendance (ndlr : à l’égard des Etats-Unis d’Amérique et du pacte Atlantique) pour qu’elle devienne une grande puissance. Et arrêtons de repousser la Russie vers l’Extrême-Orient : la Russie est de tradition occidentale ! Cela ne signifie pas pour autant que la Russie doive intégrer l’Union Européenne ! Ce genre de chimère n’a aucun sens ».

notre-dame-2.jpg

Au sein de La Renaissance Française, le médiéviste universitaire – ancien doyen de la faculté des Sciences humaines à l’université de Poitiiers et professeur associé de l’université de Iaroslavl (Russie), – avait été l’un des intervenants au colloque «Notre-Dame de Paris 15 avril 2019 : réflexions ». La référence à l’histoire originelle de la cathédrale incendiée ne pouvait venir que de lui.
Evoquant la bataille de Kossovo (15 juin 1389) opposant les troupes ottomanes turques à une coalition d’armées de pays orthodoxes, il fit ce rappel : « Le roi de Croatie Tvrtko 1e croyant la victoire acquise annonça à la chrétienté occidentale la victoire des chrétiens sur les musulmans et fit célébrer un Te Deum à Notre-Dame de Paris, en présence du roi de France Charles VI. Notre-Dame de Paris supplantait Rome comme capitale de la chrétienté . Elle s’affirmait comme église universelle, celle où était conservée la Sainte couronne et près de laquelle rayonnait la théologie de l’université de la Sorbonne et de saint Thomas d’Aquin (1225-1274). C’est ce symbole qui a ému le monde entier lors du terrible incendie des 15-16 avril 2019 et suscité ce large courant de solidarité pour sa restauration ».
Sous sa présidence, de juillet 2010 à maintenant, la délégation de La Renaissance Française Nord-Pas-de-Calais – que présida le pro-européen Maurice Schumann – compta parmi les plus actives en organisant des rendez-vous littéraires, des conférences, des expositions, entouré d’une équipe particulièrement dynamique, assisté également par son épouse Zoya, par ailleurs présidente de la délégation de Russie de La Renaissance Française.

[bloc_ombre]

Retrouver Jean-Pierre Arrignon sur Internet

https://espritcorsairesite.wordpress.com/author/jparrignon/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Arrignon

http://blogjparrignon.net/asc2i/author/jparrignon/

[/bloc_ombre]


Ses distinctions

• Chevalier de l’ordre national du Mérite
• Officier de l’ordre des Palmes académiques
• Docteur honoris causa de l’université d’État de Iaroslavl

Sa bibliographie

• Histoire de l’Europe (sous la direction de Jean Carpentier et François Lebrun), Éditions du Seuil, 1990
• Les Églises slaves : des origines au XVe siècle, Desclée de Brouwer, 1991.
• La France et les Français aux XIVe et XVe siècles : société et population (en collaboration avec Elisabeth Carpentier), Éd. Ophrys, 1993
• Byzance et le monde orthodoxe (en collaboration avec Alain Ducellier), Éd. Armand Colin, 1997.
• Christianisme et chrétientés en Occident et en Orient (milieu VIIe- milieu XIe siècle), Gap-Paris, Ophrys, (Documents), 1997 (en collaboration avec Bernard Merdrignac et Cécile Treffort).
• (de) Ränder und Grenzen Europas – eine geopolitische Betrachtung », dans L. Künhardt et M. Rutz (sous la direction de), Die Wiederentdeckung Europas : ein Gang durch Geschichte und Gegenwart, Stuttgart, Deutsche Verlag-Anstalt, 1999, p. 136-148.
• (avec Paolo Odorico) L’Akrite : l’épopée byzantine de Digénis Akritas, Éd. Anacharsis, 2002.
• La Russie médiévale, Les Belles lettres, 2003.
• Byzance : économie et société (VIIe – XIIe siècle), Ellipse, 2007.
• Histoire du monde (sous la direction de Georges Jehel), Éditions du Temps, 2007.
• Russie, collection « Culture Guides », PUF, avril 2008.
• Chronique de Nestor : naissance des mondes russes, Éd. Anacharsis, 2008.
• Pouvoirs, Église et société dans les royaumes de France, Bourgogne et Germanie aux Xe et XIe siècles (888-vers 1110), Éditions du Temps, Nantes, 2008 (en collaboration avec Jean Heuclin).
• Les trente nuits qui ont fait l’histoire, collectif, Éd. Belin, 2014.
• Russie des tsars : d’Ivan le Terrible à Vladimir Poutine, collectif, Éd. Perrin, 2016.
• Une Histoire de la Russie, Éd. Perrin, 2020.

Articles qui pourraient vous intéresser

© 2023 Tous droits réservés La Renaissance Française