Accueil » « Le chemin inverse »

« Le chemin inverse »

par La Renaissance Française

Par Joëlle Cattan
Avocate, Écrivaine,
Déléguée de La Renaissance Française en Équateur

Depuis le bout du monde jusqu’au cœur de la planète dans ce petit mais ô combien grand pays du Cèdre, à l’heure où des appels d’évacuation sont lancés tous azimuts plongeant dans la terreur son peuple aux quatre coins du globe, nationaux, binationaux, étrangers, résidents et expatriés, faire le chemin inverse s’avère de rigueur. Non pas par fantaisie ni par défi. Non pas par folie ni par perte de repères, bien que traumatisés à vie depuis le berceau par des tragédies sans fin. Non pas par nostalgie des jours sombres et des nuits sans sommeil à subir impuissants les pilonnages aveugles, l’estomac noué…

Faire le chemin inverse par choix délibéré dans un envol de refus et de dissuasion pour contrer, stigmatiser, neutraliser les préparatifs d’une énième entrée en guerre obstinément présentée comme une fatalité dans ce pays bijou mille fois foudroyé.

Faire le chemin inverse par choix délibéré dans un envol de paix et de solidarité pour scander le mérite d’exister et de vivre en considération de la seule valeur de l’humain, celle de chaque personne sur terre sans distinction aucune.

Faire le chemin inverse par choix délibéré dans un envol d’amour pour clamer haut et fort que si ce petit mais ô combien grand pays du Cèdre venait à disparaître, détruit, rasé par les bombes, écrasé, anéanti par la pire crise de son existence, aucune créature dans ce monde ne lui survivrait. Car le pays du Cèdre parle en étant muet, il écrit, peint et dessine en étant non-voyant, ce pays chante en étant aphone et danse en étant estropié, il hante en étant absent, jour et nuit, éperdument et sans relâche, jusqu’à extinction de tout ce qui bougerait sans lui, ou respirerait à sa place !

Articles qui pourraient vous intéresser

© 2023 Tous droits réservés La Renaissance Française